Le milieu marin en constante évolution

2014-02-Cote-Ivoire-137_0

Le niveau des mers est en hausse constante. Il n’y a pas d’accélération ni de ralentissement contrairement à ce que pensaient les chercheurs, seulement des événements climatiques qui influent sur les mesures.

La hausse du niveau des océans paraît irrégulière : 3,2 millimètres en moyenne par an dans les années 90 pour 2,5 millimètres dans les années 2000. Et pourtant, elle est bien de 3 millimètres en moyenne par an.

C’est en fait l’alternance de phénomènes climatiques bien connus El Niño, et la Niña qui faussent les mesures. A cause d’El Niño – un courant d’eau chaude dans le Pacifique – dans les années 90, le niveau des pluies a augmenté fortement sur le Pacifique. Du coup, l’eau est montée plus vite.

Et La Niña – un courant d’eau froide – a fait grimper la quantité de pluies dans les terres. De ce fait, dans les années 2000, le niveau de la mer a semblé croître moins vite.

N’en déplaise aux climato-sceptiques, la hausse du niveau de la mer serait en fait constante d’après les chercheurs du Centre national de recherches météorologiques.
Elle est due pour moitié à la fonte des glaces, et pour 40 % au phénomène qu’on appelle la « dilatation thermique », c’est à dire le fait qu’avec la hausse de ses températures, le volume de l’eau augmente.

Les poissons perdent leur instinct de survie, un phénomène lié au réchauffement climatique

Les poissons ne devraient pas être attirés par l’odeur de leur prédateur, bien au contraire. Et pourtant, d’après les chercheurs de l’université australienne James Cook, les poissons au large de la Papouasie-Nouvelle-Guinée ont des comportements dangereux. Ils sont plus actifs, nagent plus loin de leur abri, et vont jusqu’à être attirés par l’odeur d’autres poissons qui pourraient les manger. En résumé, ils perdent leur instinct de survie.

L’inquiétude des chercheurs tient au fait que l’acidité dans ces eaux proches des récifs de corail est équivalente au taux prévu pour la fin du siècle dans la plupart des mers du monde. Et les poissons ne semblent pas réussir à s’adapter à ces conditions d’acidité pendant leur durée de vie…

Les mers et océans absorbent 30% de dioxyde de carbone relâché dans l’atmosphère, ce qui cause leur acidification. Un phénomène qui ne nuit pas seulement aux poissons mais tue aussi les coraux et autres végétaux marins.

Authors
Top