UN PAN DE L’HISTOIRE/ L’Extermination Programmée des Noirs

LA TRAITE ET SES CONSEQUENCES

LA TRAITE NÉGRIÈRE

    Journaliste   Indépendant

Journaliste
Indépendant

Un commerce ignoble qui rappelle  une époque obscure de l’histoire des Noirs, Lesquels étaient vendus par millions par les autochtones à travers les comptoirs érigés par les Occidentaux sur toutes les côtes Africaines.

LA TRAITE ET SES CONSEQUENCES

LA TRAITE ET SES CONSEQUENCES

La traite négrière a été un phénomène historique de très grande ampleur en raison du nombre de victimes, des nombreuses méthodes d’asservissement et des multiples opérations de transports sur de longues distances. La traite atlantique a été la plus intense et effectuée au profit d’Européens aidés par certains chefs africains des zones côtières. Cette traite débuta en 1441 par la déportation de captifs africains vers la Péninsule ibérique pendant plusieurs décennies. La première vente de captifs noirs razziés des côtes atlantiques a eu lieu en 1444, dans la ville portugaise de Lagos l’ancienne capitale politique du Nigéria. Au siècle suivant, les Portugais convoyèrent les esclaves vers les Caraïbes et l’Amérique du Sud. Les Anglais, les Français et les Hollandais s’y joignent dans les années 1640.

Le commerce triangulaire

Pour les esclavagistes le commerce triangulaire représentait le modèle économique le plus sûr : L’acheteur des esclaves n’avait pas lui-même à organiser de Razzias. Les esclaves étaient simplement achetés à des fournisseurs africains.

Les navires négriers partaient de l’Europe les cales pleines de « pacotille » (verroterie, miroirs, objets de parure, coquillages) mais aussi des marchandises de traite de qualité (Tissus, Alcool,Arme à feu, barres de fer, lingots de plomb) échangés sur les côtes africaines contre des captifs venus de l’intérieurs des terres.

Les conditions de détention de ces esclaves dans des navires négriers étaient extrêmement dures et épouvantables: Les esclaves étaient attachés par groupes du cou aux pieds par de lourdes chaines, entassés inhumainement dans les cales avec un taux de mortalité de 40 % à 60 %.

Les esclaves Noirs étaient vendus contre des lettres de change ou des matières premières : Sucre, Coton et Café pour approvisionner l’Europe.

C’est à la la fin du XVe Siècle que le Pape Pie II ose pour la 1ère fois condamné la Traite Négrière ensuite des Papes Paul III, Pie V, Urbain V ou encore Benoît XIV. Cette condamnation reste lettre morte. Et ne pouvant pas supprimer complètement ce commerce de honte, les Européens ont plutôt préféré  renforcer les comptoirs d’échanges depuis l’île de Goré au Sénégal jusqu’en Afrique Australe avec le maximum de perfidie. La Révolution Française en février 1794 tente d’abolir l’esclavage mais Napoléon Bonaparte s’y oppose et le renforce en 1802 et manifeste son intérêt à développer ce commerce ignoble au détriment d’un continent africain dépouillé de sa jeunesse. Finalement, la traite des Noirs est abolie par le Royaume-Uni en 1807, les États-Unis en 1808 Le Royaume-Uni multiplie des actions, réprime la traite, grâce à la puissance de la Royal Navy, pour des raisons d’équilibre économique. Mais les milieux d’affaires français doutent de sa sincérité. Ils l’accusent de vouloir ruiner la France. Car pour les Français continuer la traite apparaît comme un acte patriotique, pour la richesse de la France. Le Brésil abolit officiellement la traite en 1850 (mais l’esclavage seulement en 1889 ce qui cause le renversement de l’empereur Pedro II), alors que le dernier navire négrier arrive à Cuba en 1867. Les Allemand étaient dejà présents en Afrique, notamment au Togo, au Rwanda, au Cameroun. Au Cameroun la signature du traité Germano-Duala est une preuve de l’émancipation des populations Africains.

Authors
Top