RÉACTION/ Le régime Biya face à la rue: L’honorable Peter William Mandio exige le départ du Ministre André Mama Fouda

Jean Pierre Etaban Journaliste Indépendant

Jean Pierre Etaban Journaliste Indépendant

Le régime Biya affronte une frange de la population dans la rue depuis quelques jours sur un fait social qui interpelle toutes les consciences. « La mort de  Koumate Monique 31 ans et de ses jumeaux décédés dans le ventre maternel au sein de l’hôpital laquintinie non loin des infirmiers indifférents, sans aucune assistance, sans aucun soin est la goutte d’eau qui a débordé le vase ».

Les réseaux sociaux ont de servi de plate forme privilégiée pour que la nouvelle s’éparpille dans le monde entier. Cette fois le peuple Camerounais comme un seul homme a  manifesté sa colère et exprimé le ras le bol sur les négligences observées depuis toujours dans le hôpitaux devenu mouroir selon des sources concordantes et le rapport de  » Act for Help ».

L’honorable Peter William Mandio n’a pas raté l’occasion et est monté au créneau. A travers un message sous forme de diatribe, il exige le départ du Ministre André Mama Fouda pour cause de graves négligences médicales  enregistrées par le Cameroun en l’espace d’un mois.

Nous vous livrons en intégralité cette correspondance diffusée sur les réseaux sociaux.

« NEGLIGENCES MEDICALES EN SERIE

J’exige la démission du Ministre André MAMA FOUDA

En l’espace d’un mois notre pays vient d’enregistrer de graves négligences médicales révoltantes. En tête de cette série noire, un bébé (une fillette  de moins d’un an) malade et frappée d’anémie sévère. Conduite à la fondation Chantal Biya pour des soins, le médecin a prescrit une transfusion sanguine. Les parents iront acheter une poche de sang à l’hôpital Central de Yaoundé. Il faut préciser qu’à l’arrivée, le bébé avait subi au préalable un test HIV qui s’était avéré négatif. Le scandale commence quelques jours plus tard lorsque de nouveaux tests sanguins pratiqués sur l’enfant après cette  criminelle transfusion révèlent une sérologie positive du bébé. Les parents eux sont bel et bien saints d’après les tests pratiqués sur eux le même jour. Ils seront priés par le Directeur de l’hôpital de taire la sale affaire moyennant un dédommagement financier. Les médecins du crime sont encore  en circulation. Le sang venu de la banque de l’hôpital Central de Yaoundé  était contaminé et  plus grave affichait un faux groupe sanguin.

A l’hôpital de Bonassama- Bonaberi la semaine dernière, une jeune dame décède lors d’une opération chirurgicale. La rupture brutale de l’énergie électrique et la défectuosité du groupe électrogène de cet hôpital public a happé cette compatriote de la vie.

 

Devrais – je revenir sur le cas de Madame NGO KANA Hélène épouse NLATE MFOMO, jeune médecin, pleine de vie à qui ses propres collègues  ont imposé un tourisme médical (on l’a baladé le  même jour dans trois hôpitaux dits de référence) avant de lui ôter la vie pour défaut de caution préalable à l’hôpital Général de Douala. Quelle horreur ! Les mis en cause  de ce syndicat du crime ne sont toujours pas sanctionnés. Je suis choqué, j’ai des  larmes aux yeux en apprenant le scandale qui vient de se produire ce 12 Mars à l’hôpital Laquintine de Douala, où la jeune KOUMATE  Monique âgée de 31 ans et porteuse d’une grossesse de deux bébés a rendu l’âme parce qu’il n’y avait aucun médecin – gényco à la maternité, aucune infirmière qualifiée pour la faire accoucher. Dépassées par les évènements, ses sœurs qui tenaient  à sauver la vie des  deux bébés restés coincés dans le  ventre  sont devenues des charcutiers – chirurgiens de circonstance. Tous les trois sont morts. Insoutenable ! J’accuse le Ministre André MAMA Fouda d’être complice de tout ce drame. Parce qu’il nomme des incompétents et des inhumains. Parce qu’il refuse de dénoncer et de sanctionner ces criminels en blouse, ces commerçants tapis dans les laboratoires, ces vendeurs de la mort. J’exige que le ministre André MAMA FOUDA démissionne de ses fonctions. J’exige les limogeages des Sieurs DISSONGO jean II Directeur de l’hôpital LAquintine de Douala, Monsieur  KOKI NDOMBO Paul, Directeur de la Fondation Chantal Biya et Monsieur BELLE PRISO Directeur de l’hôpital Général de Douala ainsi que le directeur de l’ hôpital de Bonassama.

Je demande par ailleurs, que tous les médecins et infirmiers de Douala et Yaoundé impliqués dans ces quatre affaires soient tous arrêtés. Et ce sera justice. Enfin, il est urgent que le Président de la République convoque les états généraux de la santé publique au Cameroun. Notre sécurité en dépend.

 Honorable Peter William  MANDIO

Député RDPC du Mbam et Inoubou 

 

Authors
Top