DOSSIERS/ Le Groupe Bolloré poursuivi pour corruption en Afrique?

Vincent Bolloré un homme à craindre ou à plaindre?

Jean Pierre Etaban Journaliste Indépendant

Jean Pierre Etaban Journaliste Indépendant

Les bureaux du Groupe Bolloré ont été perquisitionnés dans le cadre d’une enquête sur les activités en afrique de Vincent Bolloré le Patron du Groupe Bolloré.

Ce vendredi 8 avril, la tour Bolloré à Puteaux (Hauts-de-Seine), siège notamment du groupe Bolloré Africa Logistics, a fait l’objet d’une perquisition sur commission rogatoire des juges d’instruction financiers Serge Tournaire et Aude Buresi.

Les enquêtes nous revèlent que le groupe Bolloré est présent dans 46 pays du continent Africain où il s’est imposé dans la logistique portuaire à travers une société Holding dirigée par Francis Perez, président du groupe Pefaco.

La société Pefaco basée à Barcelone, entretient des liens étroits avec plusieurs figures corses des réseau mafieux et de l’univers des casinos. Certains chefs d’Etat africains ont directement financé leur campagne présidentielle avec le soutien financier de ces réseaux qui contrôlent tous les secteurs névralgiques du continent.

Bolloré et Biya

Paul Biya et Vincent Bolloré

 

Les présidents togolais Faure Gnassingbé, congolais Denis Sassou-Nguesso, Alassane Ouattara, Alpha Condé occupe des places de choix dans cette nébuleuse. Francis Perez compte aussi par ailleurs parmi ses relations un certain Jean-Philippe Dorent, qui fait l’objet d’une enquête par les services antiblanchiment du ministère des finances Françaises. Ce dernier cadre dirigeant de Havas  l’une des filiales du groupe Bolloré avait déjà été convoqué  pour l’ouverture de l’enquête préliminaire en juillet 2012. Une affaire riche en rebondissement.

Bolloré 7Bolloré 4

Havas est aujourd’hui le premier groupe publicitaire de France, et le sixième mondialement. Il est coté à la bourse de Paris.  Cette puissante société de communication est contrôlé aujourd’hui à 60 % par le groupe Bolloré, où il est chargé du pôle international. Très actif en Afrique, il s’est notamment occupé en 2010, pour le compte d’Havas (alors détenu à 32,9 % par Bolloré), de la campagne présidentielle guinéenne du candidat Alpha Condé, rentré de son long exil parisien au cours duquel il s’était lié d’amitié avec l’ancien ministre des affaires étrangères, son camarade de lycée Bernard Kouchner.

Comment Vincent Bolloré s’approprie-t-il de la Société Havas?Bolloré 6

En 2004, Bolloré s’invite chez Havas et fait son entrée en prenant 20% du capital. Il monte progressivement jusqu’à 32,8%, en dépensant pour cela un peu moins de 600 millions d’euros pour une société qui avait déjà à son actif un capital de 1,85 milliard d’euros.

En 2005, Bolloré engage une bataille pour obtenir 3 sièges sur 13 au conseil d’administration, mais il ne contrôle pas encore Havas, ni du point de vue du droit des sociétés, ni du point de vue comptable.

En 2012, Bolloré soutenu par les hommes politiques de cette période est monté de 32,8% à 37% sans dépenser un euro. Avec un passage en force sans réelle myopie de la part de l’assemblée général, Havas a expressément procédé à une réduction du nombre d’actions en circulation, ce qui a gonflé la participation du groupe Bolloré pour lui donner le titre d’actionnaire majoritaire. Un hold up économique en quelque sorte.

M. Dorent a fait l’objet d’une enquête judiciaire pour avoir eu la charge d’une partie de la communication du jeune président togolais, Faure Gnassingbé, fils de Gnassingbé Eyadema, resté plus de trente-sept ans à la tête de ce petit pays d’Afrique de l’Ouest. De même le financement de la campagne électorale de Alpha Condé en Guinée Conakry. 

En février 2014, puis en février 2015, les policiers ont effectué plusieurs perquisitions sur son lieu de travail plus spécialement dans les locaux d’Havas.   Raison avancée; l’octroi à Bolloré Africa Logistics des concessions portuaires de Conakry en Guinée et de Lomé au Togo par des réseaux non ullicidés. Le cadre de l’information judiciaire ouverte en novembre 2013 a été élargi au début de l’année 2016 aux faits de « corruption d’agent public étranger ». C’est dire que la corruption qui enfonce l’Afrique, qui gangrène l’ensemble du continent est un cancer qui vient du néocolonialisme. Il est connu de tous qu’en novembre 2010, Alpha Condé accède au pouvoir à la suite de la première élection libre du pays, qui sort de cinquante-deux ans de régime autoritaire.Bolloré 3

Après quelques mois seulement c’est à dire en mars 2011, il signe une convention de concession du terminal à conteneurs du port de Conakry au groupe Bolloré, auparavant octroyée  pour une durée de vingt-cinq ans à Getma, filiale du groupe Necotrans, spécialisé dans la logistique portuaire en Afrique. Alpha Condé confie ainsi contre les dispositions contractuelles du groupe Necotrans,  la gestion du port à Vincent Bolloré qui l’a installé au pouvoir à travers mécanisme bien établi en guise de remerciement. Une bataille judiciaire a été alors engagée par Necotrans en France pour réparation de préjudice et une longue procédure arbitrale engagée.

Même scénario au Togo. Le groupe Bolloré a remporté en 2010 année de la réélection de M. Gnassingbé la concession du terminal à conteneurs du port de Lomé pour une durée de trente-cinq ans. Une décision elle aussi contestée, cette fois par un autre concurrent. Jacques Dupuydauby,qui a multiplié les recours judiciaires pour dénoncer les conditions dans lesquelles il a été évincé.Bolloré 7

Au Cameroun écarté de tout affairisme pour son rôle  joué auprès de Sarkozy, qui avait mis Président Paul Biya sur la sellette à cette époque , Vincent Bolloré revient en jeu après le passage de quelques heures seulement de François Hollande au Cameroun pour rappeler à son homologue Président que les sociétés Françaises sont moins cotées et moins présentes sur la feuille de route des chantiers engagés notamment au port en eau profonde de Kribi. Ce qui en avant propos a permis à la fin 2015 à Jean-Philippe Dorent de s’occuper personnellement de la communication du président camerounais Paul Biya durant la COP21 à Paris. Trop d’affairisme autour de nos chefs d’Etats pour appauvrir encore plus l’Afrique. 

La présence de groupe Bolloré dans 46 pays en Afrique n’échappe à un besoin d’enquête très poussé pour mettre en lumière ses pratiques et sa relation avec des réseaux mafieux qui font main basse sur les richesses du sous sol Africains. Il est à se demander en effet aujourd’hui si le groupe du milliardaire Bolloré n’est qu’un bras pour faire et défaire les chefs d’Etats Africains? Seul l’avenir nous le dira.

Africa Media7

Africa Media7 et le Groupe Bolloré

Authors
Top