ECONOMIE/ Restriction au Cameroun : Les véhicules d’occasion importés seront bientôt censurées par une limite d’âge?

QUE DEVIENT LE CAMEROUN QUAND L’EUROPE VIT A L’ÈRE DES PRIMES A LA CASSE DES VÉHICULES D’OCCASION ?

      Jean Pierre Etaban     Journaliste Indépendant

Jean Pierre Etaban
Journaliste Indépendant

En 2000, les Etats se sont engagés pour la première fois dans une politique commune visant à combattre la pauvreté et le réchauffement climatique sur la base de certains objectifs recouvrant les grands enjeux humanitaires. Les défis majeurs qui ont encouragé la coopération internationale a adopté le 17 Objectifs de Développement durable en substitution aux 8 Objectifs du millénaire pour le développement qui ont atteint leur point d’achèvement en 2015.

Les résultats de ces engagements se sont soldés par un échec pour cause: Les sociétés les plus polluantes et de déforestation de plus en plus nombreuses ont fait de la sourde oreille et les résultats sont moins palpables partout notamment en Afrique ce continent abandonné à lui même.

Ces Objectifs engagés du point de vue global n’effacent pas littéralement les inégalités entre les pays riches et les pays pauvres puisque vu sous un autre prisme cette lutte bénéficie beaucoup plus aux pays riches pour la simple raison que l’Afrique n’a pas jusqu’ici comblé son retard et à chaque fois ce sont les mêmes discours qui reviennent .

Casse 2 Il n’est plus hasardeux de confirmer que les pays riches ont leur part de responsabilité dans ce qui se passe dans les pays pauvres.

Comment lutter contre le réchauffement climatique sans parler de la faim en Afrique?

Le climat ne permet plus de cultiver, la pauvreté de l’environnement par les émissions du CO2 et la déforestation en Afrique et en Amérique du Sud sont les conséquences de la dégradation de la couche d’ozone et de l’infertilité des sols.

Si les Africains ne se décident pas et ne prennent pas leur destin en main, dans vingt ans, les villages, les villes ne seront plus prospères . L’Occident  promulgue des lois pour protéger leur espace, il peine à trouver des solutions d’ensemble pour limiter la dégradation de l’environnement commun. Raison de plus pour éviter de recevoir leurs déchets toxiques.

Pour certains pays Africains même en rang dispersé, les questions sur l’environnement ne se posent plus. Pour eux les objectifs de développement durable à envisager passent inéluctablement par la limitation de la déforestation et l’importation d’une catégorie de voitures d’occasion jusqu’ici tolérées comme produits de luxe mais qui en Europe sont primés à la casse.

Chaque année, entre 3 et 4 millions de voitures d’occasion sont exportées d’Europe vers l’Afrique

Le Sénégal par exemple refuse d’être la poubelle des pays développés et  justifie sa loi de 2003 pour ne laisser entrer dans son territoire que des véhicule de 5 ans d’âge. Le Gabon pour sa part a fixé la limite d’âge à 4 ans, le Nigeria à 10 ans et l’Algérie à 3 ans. Le Cameroun tergiverse encore pour fixer véritablement une limite d’âge des véhicules polluantes qui sont déchargées chaque jour au port de Douala, et qui viennent remplir les files des embouteillages que connaissent les populations sur les artères principales des villes.

Nous espérons que le tout nouveau Ministre des transports Edgar Alain Mebe Ngo’o s’atèle à remettre les pendules à l’heure et à donner du ton à ces déchets toxiques qui envahissent nos cités avec une réglementation adoptée par le service technique avant sa prise de fonction.Casse

Pour renforcer cet engagement à joindre l’utile à l’agréable, considérant la nécessité d’interdire l’importation des véhicules plus polluants et de limiter ainsi leur impact nuisible sur l’environnement, en mettant  fin à l’importation des véhicules dangereux dont les conditions techniques ne répondent pas aux exigences du Code de la Route pour une bonne sécurité routière.

Tous  les  véhicules automobiles d’occasion, à importer en République du Cameroun, doivent répondre aux conditions suivantes :

–  Présenter  un état technique  satisfaisant, attesté par un centre de contrôle du pays de provenance ;

– Avoir été mis en  circulation  sur une période n’excédant pas 06(six ans pour les véhicules à usage personnel (voitures et bus de moins de 10 places) ;

–  Avoir été mis en  circulation  sur une période n’excédant pas 08 (huit) ans pour les véhicules utilitaires autres que les poids lourds (bus de plus de 10 places et camionnettes);

–  Avoir été mis en circulation  sur une période n’excédant pas 10(dix) ans pour les poids lourds.

Cette fois nous espérons que le nombre d’accidents de circulation dus au mauvais état technique et à la vétusté de ces véhicules seront limités. Reste maintenant le problème des routes.

Authors
Top